Perroquets et oiseaux de compagnieComportement et dressage des oiseaux de compagniePourquoi mon oiseau de compagnie me mord-il et me donne-t-il des coups...

Pourquoi mon oiseau de compagnie me mord-il et me donne-t-il des coups de bec ?

Lorsqu’un oiseau de compagnie utilise sa bouche sur votre main, il se peut qu’il vous donne un coup de bec plutôt que de vous mordre. Les oiseaux utilisent leur bec comme ils utilisent leurs pattes, pour saisir des objets et garder l’équilibre. Il est important de faire la distinction entre le bec et la morsure afin de pouvoir réagir de manière appropriée lorsque votre oiseau de compagnie vous mord vraiment.

Pourquoi les oiseaux vous donnent-ils un coup de bec ?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles un oiseau peut vous donner un coup de bec au lieu de vous mordre. Tout d’abord, les oiseaux de compagnie utilisent régulièrement leur bec comme une troisième main pour tester la solidité des perchoirs. Ils utilisent également leur bec pour vérifier la rigidité physique de toutes les structures d’escalade, y compris la main de leur propriétaire avant de monter. Les nouveaux propriétaires d’oiseaux confondent souvent cette utilisation exploratoire du bec avec une morsure.

Par ailleurs, la langue d’un oiseau contient une myriade de terminaisons nerveuses et sert à sentir le goût et la texture. Si vous portez de nouveaux vêtements ou tenez un nouvel appareil en main, ce bec peut aider la langue à évaluer ces éléments nouveaux dans le monde de l’oiseau.

Quelle qu’en soit la raison, si l’expérience du bec n’est pas des plus agréables, elle n’a rien à voir avec une véritable morsure. Le bec donne plutôt l’impression que l’oiseau se sert de vous comme d’un point d’ancrage stabilisateur alors qu’il change de posture et recueille de nouvelles informations sur son environnement.

Lire la suite  Comment apprendre à votre oiseau de compagnie à parler

Une véritable morsure

Les oiseaux mordent vraiment de temps en temps, mais seulement s’ils sont effrayés, surpris ou s’ils se sentent acculés et vulnérables. Il y a de fortes chances que votre oiseau n’essaie pas d’être agressif, car la morsure n’est pas un comportement de domination chez les oiseaux. Chez les oiseaux sauvages, la morsure n’est généralement qu’un acte d’autodéfense, et non un signal de « hiérarchie », ni un type de punition ou de correction sociale.

La véritable morsure est souvent rapide et dure comme l’éclair. La morsure s’accompagne souvent d’un langage corporel « plumes ébouriffées » qui est censé vous apprendre à reculer parce que l’oiseau a besoin de plus d’espace. Cependant, cet acte d’autodéfense entraîne souvent une rupture de la peau du maître-chien ou au moins une bosse douloureuse. Cette petite blessure est souvent le meilleur moyen de faire la différence entre une morsure et un coup de bec.

Réactions aux coups de bec

L’une des façons d’apprendre par inadvertance à votre oiseau à vous donner des coups de bec plus souvent est de pousser un cri aigu lorsqu’il vous donne un coup de bec. Cela est particulièrement vrai pour les jeunes oiseaux qui sont encore en train d’apprendre les normes sociales1.

Les oiseaux, en particulier les perroquets, sont susceptibles d’interpréter votre son comme un commentaire positif et un renforçateur ; l’oiseau pensera que vous le félicitez plutôt que de protester. En ce sens, la socialisation d’un oiseau ressemble beaucoup à celle d’un chiot. Utilisez des tons vocaux élevés pour l’approbation et des tons bas pour décourager ce qui n’est pas désiré.

Lire la suite  Comment dresser votre oiseau à accepter les caresses

Une fois que vous aurez discerné quel type d’utilisation du bec se produit le plus souvent, il sera plus facile de modifier les deux situations. Comprend que le fait de donner des coups de bec fait partie intégrante de la vie d’un oiseau. Mais si les coups de bec de votre oiseau posent problème, la meilleure solution consiste à utiliser un perchoir de poignet, un couvre-bras en cuir ou un gilet pour protéger vos vêtements et votre peau.

Si vous êtes effectivement mordu, il faut réagir différemment. Vous pouvez prendre certaines mesures pour mettre votre oiseau à l’aise et mettre un terme à ce comportement indésirable.

Corrigez les véritables morsures

Pour corriger un mauvais comportement chez les oiseaux, essayez de ne pas vous énerver ou de ne pas crier vocalement. Au lieu de cela, froncez les sourcils et adoptez un langage corporel qui montre que vous n’êtes pas content. Parlez calmement et doucement, à voix basse, pour dire à votre oiseau que ce comportement n’est pas acceptable. Ce faisant, replacez immédiatement l’oiseau dans sa cage ou sur son perchoir.

Pendant que vous réfléchissez à ce qui a pu pousser votre oiseau à se sentir acculé au point de mordre, accordez-lui quelques minutes de « temps mort », sans contact visuel de votre part, en vous retirant de la pièce. L’élément le plus important de ce temps d’arrêt est de reprendre une interaction positive avec votre oiseau (dans les 10 minutes), ce qui lui permet de vous montrer qu’il a appris à se calmer un peu plus.

Lire la suite  Comment empêcher votre perroquet de mordre

Dites à vos invités de s’attendre à des coups normaux de temps en temps et de ne pas y réagir de manière excitée ou bruyante. Vous éviterez ainsi que votre oiseau ne se sente menacé par un étranger au point de mordre.

Remarque particulière : les jeunes enfants peuvent ne pas être assez mûrs pour réagir correctement à un oiseau. La peau douce peut être coupée et blessée par une morsure ou même par un coup de bec normal, alors soyez prudent lorsque votre oiseau est en présence de jeunes invités.

Sources des articles Point Pet n’utilise que des sources de haute qualité, y compris des études évaluées par des pairs, pour étayer les faits contenus dans ses articles. Lisez notre processus éditorial pour en savoir plus sur la façon dont nous vérifions les faits et maintenons notre contenu précis, fiable et digne de confiance.

  1. L’apprentissage social chez les oiseaux et son rôle dans la formation d’une niche de recherche de nourriture. Philosophical Transactions of The Royal Society B Biological Sciences, avril 2011, DOI:10.1098/rstb.2010.0343

- Advertisement -