Vous avez probablement entendu le terme «animal au soutien émotionnel» (ESA), même si vous n’avez pas envisagé de vous en procurer un. Cette phrase a récemment fait la une des journaux alors que les compagnies aériennes commençaient à réduire les allocations pour les animaux de support affectif dans les avions et que des problèmes d’abus du système ESA apparaissaient.

Mais les animaux de soutien émotionnel, qu’il s’agisse de chiens, de chats ou d’espèces moins communes, ne sont pas vraiment controversés. En fait, ils offrent d’innombrables avantages à ceux qui en ont besoin et peuvent offrir aux individus la camaraderie et le soutien dont ils ont besoin pour améliorer leur qualité de vie.

Si vous êtes vous-même un parent animal de compagnie, vous savez que le lien entre une personne et son animal est puissant et que les animaux ont un moyen unique de calmer et de guérir leur peuple en ces temps difficiles. Pour certaines personnes, leur animal procure stabilité et compagnie face à un trouble mental grave, tel que dépression, anxiété, troubles de la personnalité et troubles de l’identité. Dans ces scénarios, il peut être avantageux de qualifier l’animal de compagnie en tant que soutien émotionnel, ce qui lui confère quelques droits supplémentaires par rapport à vos animaux de compagnie habituels.

Animaux de soutien émotionnel vs animaux d’assistance vs animaux de thérapie

Pour comprendre ce qu’est un animal de soutien émotionnel, vous devez d’abord comprendre ce que ce n’est pas. Un animal de support émotionnel n’est pas un animal d’assistance, ce qui signifie qu’il n’est pas entraîné pour effectuer une tâche ou un travail spécifique. Pour cette raison, il ne dispose pas des mêmes privilèges légaux qu’un animal d’assistance, tel qu’il est autorisé dans tous les environnements sans animaux.

Lire la suite  Problèmes de dents de chien commun

Un animal de soutien émotionnel n’est pas non plus un animal de thérapie, c’est un animal spécialement formé pour fournir un soutien émotionnel et / ou psychologique aux personnes dans le besoin. Généralement, les animaux de thérapie vont dans les hôpitaux, les écoles, les maisons de repos et autres lieux de soins. Ils sont également utilisés pour aider les personnes à la suite d’un événement traumatique.

Au lieu d’effectuer une tâche spécifique et entraînée, un animal au support émotionnel fournit à son humain un lien affectif fort et réconfortant. Et parce qu’ils ne font pas un « travail » semblable à un animal de service ou de thérapie, ils ont moins d’accommodements juridiques.

Droits légaux des animaux de soutien affectif

La loi américaine sur les personnes handicapées (ADA) accorde un large éventail de droits aux animaux d’assistance, car ils sont nécessaires aux capacités physiques et / ou mentales de leurs maîtres et bénéficient d’une formation professionnelle continue. Étant donné que les ASE ne doivent pas obligatoirement être formées de manière professionnelle pour apporter un soutien à leurs humains, ils ne disposent pas des mêmes droits en vertu de la loi ADA.

Cependant, la loi protège le droit d’un individu d’avoir un animal de support émotionnel. Et certaines lois étendent ces droits aux espaces publics. Par exemple, en vertu de la Loi sur les logements équitables (FHAA), les personnes qui vivent avec une ESA ont le droit de garder leur animal avec elles dans leur unité de logement. Et la loi sur l’accès aux transporteurs aériens (ACAA) permet aux individus de se munir de leur ESA lors de voyages en avion, même si l’animal ne rentre pas dans un transporteur sous le siège.

Lire la suite  Ataxie chez le chien

Bien que ces protections soient en place pour les AES, il existe des limitations dues au manque de soutien de la part de l’ADA. Certains propriétaires peuvent avoir des politiques strictes interdisant les animaux domestiques et ne font pas d’exceptions pour les animaux avec un soutien émotionnel. Et certaines compagnies aériennes n’autorisent que les ESA de chiens ou de chats, et non d’autres types d’animaux de support émotionnel.

Comment obtenir un animal de soutien émotionnel

Pour que votre animal de compagnie soit reconnu comme un animal de soutien émotionnel par la loi, vous devez avoir une lettre de votre fournisseur de soins de santé mentale indiquant votre «ordonnance» pour une ESA. Les prestataires peuvent prescrire une ESA pour une variété de troubles, notamment la dépression, l’anxiété, les troubles d’apprentissage, le TDA / TDAH, les troubles cognitifs, etc.

Cette lettre doit:

  • Etre écrit par un professionnel de la santé mentale dont vous êtes actuellement patient
  • Indiquez le handicap pour lequel vous avez besoin d’un ESA
  • Contient des détails sur la manière dont votre vie ou vos activités sont limitées par votre désordre
  • Expliquez comment une ESA pourrait aider votre traitement
  • Être daté d’un an ou moins à partir du moment où vous souhaitez le présenter, par exemple pour un voyage en avion ou un logement

Si vous avez une lettre d’attestation, mais que l’on vous refuse toujours le droit d’avoir votre ESE dans votre unité de logement, soumettez une demande écrite à votre propriétaire et joignez une copie de votre lettre. Si cela ne fonctionne pas, vous pouvez choisir de déposer une plainte auprès du US Department of Housing.

Lire la suite  Les 6 meilleurs colliers anti-puces pour chats en 2019

Si vous pensez qu’un animal de soutien émotionnel serait bénéfique pour votre santé, parlez-en à votre fournisseur de soins de santé mentale. Une ESA peut être un animal avec lequel vous partagez déjà votre vie ou que vous pouvez adopter. Les ASE ne doivent pas nécessairement être formées de manière professionnelle, mais doivent néanmoins avoir une obéissance et des manières de base afin de pouvoir se comporter dans des espaces publics. Il n’existe aucune restriction quant aux espèces d’animaux pouvant être qualifiées d’ESA. Par conséquent, si vous n’êtes pas prêt pour un chien ou un chat, envisagez un support émotionnel comme un lapin, un oiseau, un lézard ou un autre type d’animal.