Le syndrome d’oscillation chez le chien

Le syndrome d’oscillation est une maladie qui résulte d’une compression de la moelle épinière dans le cou du chien. Le syndrome se caractérise par la démarche chancelante qu’il entraîne. D’autres symptômes sont la douleur au cou, l’incoordination et la difficulté à s’asseoir ou à se coucher. Les causes du syndrome d’oscillation sont multiples et la maladie est plus fréquente chez les races grandes et géantes comme les doberman pinschers, les grands danois, les mastiffs et les rottweilers. Votre vétérinaire peut être en mesure de diagnostiquer le syndrome d’oscillation à l’aide d’un examen physique et de tests radiographiques. Le traitement commence généralement par une restriction des mouvements et des médicaments contre la douleur, mais peut nécessiter une intervention chirurgicale. Le pronostic du syndrome d’oscillation dépend fortement de la gravité de l’affection.

Qu’est-ce que le syndrome d’oscillation ?

Le syndrome d’oscillation est une maladie neurologique causée par une compression de la moelle épinière dans le cou du chien. Ce syndrome a plusieurs noms et sous-diagnostics, dont l’instabilité vertébrale cervicale (CVI), la malformation vertébrale cervicale (CVM) et la malformation vertébrale cervicale-malarticulation (CVMM). La pression exercée sur la moelle épinière provoque des problèmes nerveux et inhibe la fonction motrice normale. Le syndrome d’oscillation se caractérise par une démarche chancelante et instable, causée par des problèmes nerveux dans les membres. Il existe deux types principaux de syndrome : le syndrome d’oscillation associé au disque (DAWS) et la spondylomyélopathie cervicale associée à l’os. Le premier affecte les chiens de grande race d’âge moyen et le second les jeunes chiens de grande race.1

Symptômes du syndrome d’oscillation chez le chien

Les symptômes du syndrome d’oscillation se manifestent parfois soudainement, mais ils apparaissent généralement à un jeune âge et évoluent lentement au fur et à mesure que la maladie s’aggrave. Si le vacillement d’un chien est souvent perceptible, il existe d’autres signes plus subtils qu’il convient de surveiller et de traiter avant que la maladie ne devienne de plus en plus grave.

Symptômes

  • Démarche altérée
  • Cou douloureux
  • Incoordination
  • Difficulté à se lever ou à se coucher
  • Faiblesse

Altération de la démarche

Le symptôme le plus évident du syndrome d’oscillation est l’altération de la démarche. Elle se manifeste généralement par une démarche chancelante et oscillante. Votre chien peut faire des pas plus longs et plus lents en raison de l’affaiblissement de ses pattes arrière. Lorsque le syndrome d’oscillation progresse, les pattes avant de votre chien peuvent également être affectées.

Lire la suite  Le blépharospasme chez le chien

Cou douloureux

Votre chien peut être réticent à bouger son cou en raison de la douleur causée par une compression de la moelle épinière. Cela peut ressembler à un chien réticent à bouger et qui essaie d’éviter de plier son cou dans n’importe quelle direction. Parfois, il évite de manger et de boire parce qu’il lui est trop douloureux de se pencher vers sa gamelle. En l’absence de traitement, la douleur cervicale peut devenir extrême et nuire gravement à la qualité de vie de votre chien.

Incoordination

Si votre chien est atteint du syndrome d’oscillation, vous remarquerez peut-être qu’il a du mal à se coordonner. Outre le fait de vaciller, il peut s’agir de trébucher, de trébucher et de ne pas être conscient de l’emplacement de ses pieds dans l’espace, ce que l’on appelle la proprioception.

Difficulté à se lever ou à se coucher

La compression de la colonne vertébrale peut affecter la capacité de votre chien à se coucher, à s’asseoir et à marcher. Cela peut être dû à la douleur ainsi qu’à la paralysie progressive qui peut survenir, rendant plus difficile la coordination de ces mouvements.

Faiblesse

Vous remarquerez peut-être que votre chien présente des signes de faiblesse généralisée dus au syndrome de Wobbler. La douleur chronique liée à cette maladie peut être épuisante. De plus, comme cette maladie provoque des lésions nerveuses, les muscles innervés par ces nerfs commencent à s’affaiblir ou à s’atrophier, ce qui leur fait perdre de la force de manière générale. Enfin, cette maladie peut entraîner une paralysie progressive qui peut ressembler à une faiblesse au début, mais qui peut évoluer vers une perte de sensibilité et de fonction des membres dans les cas extrêmes.

Quelles sont les causes du syndrome d’oscillation chez le chien ?

Le syndrome d’oscillation a deux causes principales, mais les facteurs de risque sous-jacents qui conduisent à ces causes ne sont pas encore clairs. Les deux principales causes du syndrome d’oscillation sont la spondylomyélopathie cervicale associée à un disque et la spondylomyélopathie cervicale associée à l’os (OA-CSM), également appelée spondylomyélopathie associée à l’os. La forme associée aux disques est la plus fréquente chez les chiens d’âge moyen et est due à la combinaison d’un canal vertébral anormalement étroit qui est ensuite comprimé par les disques qui se trouvent entre les vertèbres du cou. Cela ressemble à la description que l’on fait parfois d’une « hernie discale ». La forme associée à l’os est causée par une croissance excessive des parties osseuses des vertèbres qui provoque de l’arthrite ainsi qu’une compression du canal vertébral et de la moelle épinière. Quelques théories peuvent expliquer pourquoi certains chiens sont prédisposés à ces affections :

  • Génétique : certaines races de chiens sont plus susceptibles que d’autres de développer le syndrome de Wobbler, qui a une composante héréditaire. Ces races comprennent les dobermans, les grands danois, les mastiffs et les rottweilers. Les doberman pinschers et les grands danois représentent 80 % des cas de syndrome de Wobbler. 2 Les chiens de petite taille sont également susceptibles de développer le syndrome de Wobbler, mais c’est beaucoup moins fréquent.
  • Nutrition : certaines études suggèrent que la nutrition peut jouer un rôle dans le développement du syndrome de Wobbler. Des modifications du régime alimentaire sont actuellement en cours d’évaluation comme moyen possible de traiter et/ou de prévenir cette affection.
Lire la suite  Infection de la glande anale chez les chiots

Comment les vétérinaires diagnostiquent-ils le syndrome d’oscillation chez le chien ?

Votre vétérinaire procédera à un examen physique et neurologique complet afin de déterminer si votre chien souffre d’une lésion de la colonne vertébrale dans la région du cou. Pour affiner le diagnostic, il procédera souvent à des analyses sanguines et à des radiographies afin d’exclure d’autres affections susceptibles d’être à l’origine des symptômes de votre chien. Souvent, votre vétérinaire vous recommandera de vous adresser à un spécialiste en neurologie pour des examens complémentaires, notamment une analyse du liquide céphalo-rachidien, une IRM ou une tomodensitométrie.

Comment traiter le syndrome d’oscillation chez le chien ?

Les chiens présentant des signes légers du syndrome d’oscillation peuvent parfois être traités de manière conservatrice avec des médicaments anti-inflammatoires contre la douleur et une restriction des mouvements. Il s’agit notamment d’utiliser un harnais de poitrine pour les promenades au lieu d’une laisse pour le cou et d’essayer de garder votre chien calme et silencieux. Ces chiens ne doivent pas être autorisés à courir sans laisse, à sauter sur les meubles ou à jouer de manière brutale, en particulier à des jeux tels que le tir à la corde. Si les signes de votre chien persistent ou s’aggravent, votre vétérinaire peut vous recommander une intervention chirurgicale. Il existe de nombreuses approches chirurgicales différentes qui visent toutes à supprimer la pression exercée sur la moelle épinière afin de soulager la douleur et les autres symptômes de cette affection. Le pronostic varie en fonction de la gravité du cas de chaque chien. Consultez votre vétérinaire pour déterminer le meilleur plan de traitement pour votre chien.2

Lire la suite  Les chiens peuvent-ils porter physiquement le coronavirus humain sur eux ?

Pronostic pour les chiens atteints du syndrome d’oscillation

La gravité de l’affection détermine le pronostic des chiens atteints du syndrome d’oscillation. Les chiens présentant des symptômes légers ont plus de chances de guérir. Les chiens présentant des symptômes plus graves, tels que la paralysie, peuvent ne plus jamais marcher normalement, même si la chirurgie améliore leur état. Si votre chien est opéré, il peut avoir besoin de plusieurs mois de rééducation physique intensive afin d’en tirer le maximum de bénéfices et d’améliorer au maximum ses fonctions. L’objectif du traitement est de réduire autant que possible l’inconfort de votre chien, même s’il ne se rétablit pas complètement.

Comment prévenir le syndrome d’oscillation ?

Il n’existe actuellement aucun moyen de prévenir le développement du syndrome d’oscillation chez un chien donné. Il est possible que l’alimentation joue un rôle et que la recherche révèle certaines modifications du régime alimentaire susceptibles de prévenir ou de ralentir l’évolution du syndrome d’oscillation, mais cette question est encore à l’étude. Jusqu’à ce que des conclusions plus définitives soient tirées, la meilleure façon de prévenir le syndrome de Wobbler est de s’abstenir d’accoupler les chiens qui présentent la maladie afin de limiter la transmission héréditaire de l’affection.

FAQ

  • Quelles sont les causes du syndrome de Wobbler ?

    Le syndrome d’oscillation peut être causé par des disques dans le cou qui compriment la moelle épinière, ou par une excroissance osseuse des vertèbres qui comprime la moelle épinière. Les mécanismes sous-jacents ne sont pas encore élucidés, mais nous savons que la génétique joue un rôle.

  • La démarche de mon chien redeviendra-t-elle normale après l’opération ?

    Le rétablissement de votre chien à la suite d’un syndrome d’oscillation dépend de la gravité de ses symptômes. Les chiens présentant des symptômes légers ont plus de chances de se rétablir complètement, tandis que les chiens atteints d’un syndrome d’oscillation avancé risquent de ne plus jamais pouvoir marcher normalement.

  • Comment puis-je savoir si mon chien est atteint du syndrome d’oscillation ?

    Le syndrome d’oscillation se reconnaît à la démarche chancelante du chien. Si vous remarquez que votre chien manque de coordination, qu’il marche anormalement ou que son cou est douloureux, amenez-le chez le vétérinaire pour qu’il établisse un diagnostic.

- Advertisement -